photo article massage tantrique

Le massage tantrique

Par Frédéric Manthé

“Le tantra – Parlons peu, parlons sexe dit un sexologue célèbre.” Mais mon propos est plus d’aborder la pratique du Tantra par le massage donné de façon professionnelle et surtout de cette approche physique du sexe dans le massage tantrique offert à une clientèle souvent néophyte. Aucune comparaison donc, avec la pratique des amants tantriques qui, dans un rituel de fusion, vivent sans s’attacher à ce qui la facilite, l’élévation spirituelle. Le fait d’avoir lu ou entendu parler d’un massage qui au lieu de contourner le sexe encourage sa prise en charge, a permis de libérer beaucoup de tabous mais aussi de s’engouffrer derrière des pratiques pseudo-tantriques pour assouvir un manque certain d’épanouissement sexuel. Quelle belle affaire que ce massage érotico sensuel qui offre la possibilité de transgresser tous les tabous et interdits éducatifs, sans forcément en assumer l’acte en lui-même.

Une fois certaines limites, certaines barrières franchies, la frontière entre relation intime et massage est tellement mince que les deux se confondent. Le massage tantrique devenant le fourre-tout dans lequel tout est permis sous prétexte de tantrisme. Mettons de côté la prostitution déguisée en massage qui a profité de l’occasion pour proposer des prestations sexuelles en contournant la loi et attachons-nous à ces pratiques, renommées pour l’occasion « rituels », qui sont proposés sans état d’âme parce que tantrique.

  • Déshabillage tantrique : la personne massée et celle qui masse se dévêtissent mutuellement.
  • Douche tantrique : la personne massée et celle qui masse se lavent mutuellement.
  • Massage naturiste : la personne qui masse se met nue également.
  • Massage réciproque : la personne massée après avoir été massée masse à son tour.
  • Massage du Lingam : le massage de la verge du massé est vendue comme une prestation.
  • Finition : éjaculation
  • Massage du Yoni : massage de la vulve
  • Libérations des énergies ou tensions : masturbation avec ou sans pénétration des doigts dans le vagin jusqu’à la jouissance et ça, parfois, sans l’accord de l’intéressée. Liste non exhaustive.

“Le massage du Lingam me met le vague à l’âme” Le massage du Lingam me met le vague à l’âme et celui de la Yoni, aussi. C’est vrai que ces deux appellations indiennes des sexes masculins et féminins sont poétiques et font tantriques. Massage de la verge et de la vulve fait plus ordinaire, c’est évident. Mais est-ce que le tantrisme se résume à cela ? Quelle différence y a-t-il alors entre un massage sensuel, un massage érotique ou un massage tantrique ? Est-ce que faire du bien au zizi permet une véritable élévation spirituelle ? Quand on a la chance de vivre un véritable moment de béatitude, dans un massage prodigué avec une vraie présence dans les mains, où tout son corps a été respectueusement touché et son sexe manipulé avec délicatesse et amour avec cette impression que la libération finale amène paix et sérénité, a-t-on reçu un massage tantrique ? Et ce même massage, sans éjaculation, aurait-il été tantrique ?

“Le massage tantrique est sexuel mais non sexué” Ce que j’aime dans le massage tantrique c’est le champ des possibles qu’il ouvre. Cette possibilité de découvrir des dimensions proposées par le corps et l’esprit d’une telle subtilité que l’on peut toute sa vie passer à côté d’une telle puissance et que l’on peut être même en être un peu effrayé avant d’en être émerveillé. Il aide à la conscience, à la transformation de son quotidien. Et pas seulement. Il change la luminosité de notre bulle énergétique, favorisant des déclenchements très inattendus, souvent sans rapport et bien loin du massage reçu. Pour moi le massage tantrique est sexuel mais non sexué.

Le moteur énergétique dont le sexe fait partie, provient de la création de vie dont nous sommes capables. De cette formidable puissance créatrice, source de plaisir, d’émotion, d’épanouissement que l’on a réduit, sans doute par peur, à un instinct basique, animal, indigne d’une société bien pensante. Cette zone étant taboue, la confusion entre énergie sexuelle et sexe est légitime. Pourtant, si l’une ne va pas sans l’autre l’épanouissement procuré peut-être très différent. Si petit dans l’immensité de l’univers et pourtant tellement présent, perdre la notion de la partie de son corps en train d’être touchée, ressentir des vagues de vibrations à l’intérieur de ses jambes, de son ventre, ne plus pouvoir contrôler des tremblements montant des cuisses, avoir la sensation que son sacrum s’illumine et que cette lumière remonte la colonne, passer des fourmillements dans chaque membre à l’impression de se dématérialiser pour n’être plus qu’un tout, voir de magnifiques visages ou paysages en 3D alors que les yeux sont fermés, ressentir son cœur s’ouvrir et avoir l’impression de rencontrer l’amour pour la première fois, devenir si petit dans l’immensité de l’univers et pourtant tellement présent et, quand le massage se termine, après un temps de retour à la réalité, se sentir tellement rempli que chaque cellule jouisse de ce vivant qui nous habite. Être trop focalisant sur le sexe fait du bien, permet d’être serein, peut-être de retrouver confiance en soi mais aussi parfois de projeter, d’avoir des attentes et de transformer le sexe sacré en sacré sexe.

“Métaphore” Si je devais prendre une métaphore, qui j’en suis conscient va faire grincer quelques dents, je prendrais l’exemple d’un très grand restaurant gastronomique. Premièrement on vient manger ce qui est offert. Ensuite pour préparer un plat aux saveurs envoûtantes, le chef va dans le garde-manger prendre les meilleurs ingrédients qu’il va transformer en les cuisinant avec amour et les mettre dans une assiette pour nous les faires savourer dans une ambiance feutrée.

Et là, en goutant la première bouchée, tous les arômes se marient subtilement dans un feu d’artifice des papilles gustatives, nous transportant dans un voyage tel, que l’on a l’impression de manger pour la première fois. Le massage tantrique pour moi, c’est ce ressenti. Dans le bien-être que je ressens à la fin du repas, j’ai une pensée pour le chef dont mentalement je remercie le professionnalisme, mais sans projeter sur lui et surtout je reste en contact avec mes divines sensations et me remercie de m’être accordé ce moment. J’ai peut-être aussi, furtivement une pensée pour ces merveilleux produits de qualité, mais je dois le reconnaître, je n’ai aucune pensée pour le garde mangé qui pourtant est important, car sans lui, rien n’aurait été possible.

Je vous laisse imaginer où, pour moi, est la place du sexe dans un massage tantrique. “Être éveillé offre un merveilleux chemin de vie” Beaucoup de personnes, avec souvent des demandes très précises par rapport à des difficultés de vie quelles rencontrent, souhaitent vivre une profonde relaxation dans un abandon qui leur permet d’avancer et d’évoluer spirituellement et veulent se tourner vers le tantrisme. Mais les propositions sont tellement ambigües qu’elles hésitent ou y viennent avec la peur au ventre. C’est vrai qu’il n’est pas rare d’entendre que le massage tantrique c’est pour les libertins ou une compensation à une vie en manque de sexe. Ou le fameux “tantra-tantra pas” ou encore “dans tantrique il y a trique”.

Un autre problème majeur pour moi, c’est que dans la phrase “éveil spirituelle par la globalisation du toucher” on ne retienne que globalisation. Nombre d’amies masseuses, passionnées, se sont dégoutées des demandes de plus en plus précises d’hommes ne souhaitant qu’une prestation sexuelle et ont fini par abandonner. Et pourtant, être éveillé, non en le disant mais en le ressentant profondément, peut être pas tout le temps, mais souvent, est un chemin de vie extraordinaire. Cet éveil permet même de communiquer avec d’autres dans cette dimension, sans se toucher et de vivre des états de conscience modifiés, partagés à distance, démontrant si besoin est notre puissance cachée. Et dans le massage, quel que soit la partie du corps touchée, elle entre en contact avec l’énergie et permet à la fois l’épanouissement du corps et celui de l’esprit. “Le tantra – Parlons peu, parlons sexe ?” Oui parlons en et oublions-le pour mieux le laisser s’exprimer.

Partager cet article

Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur print
Partager sur email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *